Chronique 49


1623 - Les Rose-Croix à Paris

Les faits nous sont rapportés par un libertin érudit du nom de Gabriel Naudé, dans un ouvrage paru en 1623. Quelques mois plus tôt, plusieurs membres de la Fraternité des Roze-Croix s’en sont venus placarder aux carrefours de Paris un billet manuscrit ainsi libellé :

« Nous, Deputez du Collège principal des Frères de la Roze-Croix, faisons séjour visible et invisible en cette ville, par la grâce du Très-Haut vers lequel se tourne le cœur des Justes ; nous monstrons et enseignons sans livres ny marques à parler toutes sortes de langues des pays où voulons estre, pour tirer les hommes nos semblables d’erreur de mort… »

Quelques jours plus tard a été placardé un autre billet :

« S’il prend ennuie à quelqu’un de nous voir, par curiosité seulement, il ne communiquera jamais avec nous mais, si la volonté le porte réellement et de fait à s’inscrire sur le registre de nostre Confraternité, nous, qui jugeons les pensées, luy ferons voir la vérité de nos promesses, tellement que nous ne mettons point le lieu de nostre demeure, puisque les pensées, jointes à la volonté réelle du lecteur, seront capables de nous faire cognoistre à luy et luy à nous. »

Gabriel Naudé ne fait aucun commentaire et ne donne aucune autre information sur ce que l’on a, depuis, appelé l’Affaire des placards. 

Et son Instruction à la France sur la Vérité de l’Histoire des Frères de la Roze-Croix ne nous apprend pas grand chose sur une fraternité, congrégation ou société qui, en des temps de tensions religieuses et politiques a, dit-on, intrigué bon nombre de Parisiens.

 Que sont donc venus faire les Rose-Croix à Paris ? Apparemment rien de particulier, sinon se moquer des Parisiens.

-----

© Guy Chassagnard 2019