Chronique 57

1660 - The Royal Society of London


En 1660, quelques mois seulement après le retour des Stuarts sur le trône de Grande-Bretagne, est fondée à Londres une société savante à vocation littéraire, historique et scientifique, sous le nom de Royal Society of London for the Improvement of Natural Knowledge (Société royale de Londres pour l’amélioration des connaissances sur la nature).

La Royal Society succède à un groupe informel de savants britanniques constitué vingt ans plus tôt et connu sous le nom de « Cercle invisible ». Parmi ses fondateurs figurent : 

• Elias Ashmole (1617-1692). - Antiquaire, homme de loi et franc-maçon – initié en 1646 à Warrington.

• Robert Boyle (1627-1691). - Philosophe naturel, physicien et chimiste, originaire d’Irlande.

• Robert Moray (?-1673). - Ingénieur, militaire et diplomate écossais ; initié franc-maçon en 1641.

• Christopher Wren (1632-1723). - Architecte, astronome, chargé des travaux de reconstruction de Londres en 1666 ; grand-maître des maçons de Londres en 1683.

Seront ultérieurement admis membres de la Société :

• Isaac Newton (1642-1727). - Mathématiciens, astronome.

• John Theophilus Desaguliers (1683-1744) - Philosophe naturel, ingénieur et ecclésiastique de l’Église d’Angleterre ; grand-maître des francs-maçons londoniens en 1719.

La Royal Society de Londres compte de nos jours quelque 1 600 membres, dont plus de cent lauréats de prix Nobel. Un détail insolite la concernant : elle dispose en son siège londonien d’une douzaine de salles et de salons, susceptibles de rece­voir jusqu’à 800 personnes pour des conférences, des séminaires et des banquets, loués à la demande…

-----

   ©  Guy  Chassagnard  -  2019