Chronique 66

1710 - Le Manuscrit Dumfries


Propriété de la Loge Dumfries Kilwinning n°53, après l’avoir été de la Vieille Loge de Dumfries, le manuscrit éponyme est indubitablement d’essence écossaise. Il se caractérise des précédents Anciens Devoirs, non seulement par la longueur de son texte, mais aussi et surtout, par ce qui transparaît comme émanant d’une pratique maçonnique demeurée opérative. 

S’il énumère les sept Sciences libérales, s’il raconte à sa fa­çon la naissance et l’évolution de la Maçonnerie, s’il s’é­tend longuement sur les obligations générales et particulières des gens du Métier, il s’inscrit dans un cadre singulièrement religieux, faisant la part belle à l’Église catholique et associant le Christ aux colonnes Jakin et Boaz – sur lesquelles « il inscrira le nom de Dieu».

Composé d’une quinzaine de feuillets cousus ensemble, le document semble avoir beaucoup servi, ceux-ci présentant des marques et des signes d’évidente usure. 

On retiendra du texte :

• Vous vous aimerez et serez loyaux les uns envers les autres et vous ferez à vos proches ou aux compagnons com­me vous voudriez qu’ils vous fassent.

• Ne buvez jusqu’à l’ivresse en aucune occasion, car c’est une offense à Dieu et, en outre, vous seriez capable de révéler les secrets de la Loge et ainsi de vous parjurer.

• Prenez bien garde, là où vous logez, qu’aucune débauche ne soit commise, car le Métier pourrait en pâtir.

• Bannissez tout langage vulgaire ou salaces, ainsi que toutes postures et tous gestes obscènes, car tout cela ne fait que plaire au diable et nourrir la luxure.

-----

   ©  Guy  Chassagnard  -  2019