Chroniques 88


1724 - Le Grand Mystère des francs-maçons

Il s’agit, à n’en point douter, de la première révélation profane, imprimée, de la pratique maçonnique en pays anglo-saxon ; soit un recueil de petit format, d’une douzaine de pages. Paru en 1724, à Londres, au prix de six pence, il a pour titre :  Le Grand Mystère des Francs-Maçons découvert, dans lequel se trouvent les questions qu’on leur pose dans leurs assemblées et installations


Son auteur est un certain « frère T. Payne », appelé à demeurer à jamais inconnu.


De la lecture d’un catéchisme, déjà présent dans divers manuscrits maçonniques, il n’y a rien à rapporter. Plus intéressante, par contre, est l’énumération des signes de recon­naissance du « véritable maçon » :


• Ôter son chapeau avec deux doigts et le pouce.


• Frapper de la main droite, à l’intérieur du petit doigt de la gauche, trois fois comme si l’on taillait la pierre.


• Former une équerre en assemblant les talons, les orteils des deux pieds écartés à une certaine distance, ou par tout autre triangle.


• Se prendre main à main, avec les pouces serrés et se presser au poignet trois fois avec l’index sur le pouls.


• Murmurer : « Les Maîtres et les Compagnons de la vénérable Compagnie, d’où je viens, vous saluent bien » . L’autre répondra : « Dieu salue bien les Maîtres et les Compagnons de la vénérable Compagnie d’où vous venez ».


• Passer les deux index sur ses paupières à trois reprises.


• Retourner son verre, ou quoique ce soit d’autre de creux, après avoir bu.


• Demander à quelle Loge « ils » ont été faits francs-maçons. 


 ----------

© Guy Chassagnard - Auteur de  : La Franc-Maçonnerie en Question (Éditions DERVY, 2017).

& du Dictionnaire de la Franc-Maçonnerie (Éditions SEGNAT, 2016).

----------

© Guy Chassagnard 2019